#random-posts img{float:left;margin-right:10px;border:1px solid #999;background:#FFF;width:36px;height:36px;padding:3px}

1 août 2014

Halo : Waypoint - Créations conservés - Fanfictions - Crashs planétaires



Prologue : Des turbulences dans l'espace

Je suis sur l'UNSC EarthFrench, une frégate de très grande taille, comparable à L'Aube. A son bord se trouve environs 2000 personnes y parmis la moitié sont des marines. La frégate contient une bonne paire de véhicules.
Moi? Je suis un Spartan, je m'apelle Sam.
Notre mission à tous était de trouver un Halo qui d'ailleurs se trouve maintenant plus très loin selon quelques informations. Mais ce jour là... :
"Capitaine, le radar indique droit devant nous des vents solaires!" dit un des pilotes du EarthFrench.
Le capitaine répondit : "Comment ça?! Faite demi-t..."
Une secousse fit tomber toutes personnes debout dans la frégate.
Tout appareils électroniques furent détraqués, où presque à causes du vent solaire qui venait de passer à coté de la frégate.
Tout le monde était à terre, couchés, de peur que cela ne recommence...
La frégate fut projeté par les vents solaire au delà de la galaxie...

Chapitre 1 : Crash dans l'inconnu

La frégate a dérivé quelques heures avant d'atteindre cette planète. Nous nous relevâmes, enfin, et en regardant aux vitres, nous étions pris de stupeur : une planète était en face de nous, et la frégate se dirigeait en plein dessus. Cette planète avait l'air bizarre, sa couleur était en majorité verte, de vert clair à vert foncé par endroits... Ce que nous avions jamais vu jusqu'à là.
Nous essayâmes de reprendre les manoeuvres de la frégate, mais le vent solaire avait completement détraqué tout apareil électronique : le système de commandes, ainsi que les moteurs à fusion (de noyau à deutérium) était HS.

La frégate se rapprochait toujours de cette planète mystérieuse, et la force de gravitation de la planète nous attirait, de plus en plus vite.
Une demi-heure plus tard, le EarthFrench subit une secousse énorme et qui dura une fraction de seconde, ce qui n'empèche qu'ont l'avait sentit. Le vaisseau était entrain de tomber de l'atmosphère, dans laquelle on était actuellement. Le métal de la coque devait être à 1000°C, fort heuresement la frégate possédait une coque résistant à la chaleur.

Nous n'avions même pas eu le temps de regarder par les vitres que la frégate percuta une falaise géante et se crasha juste à son pied.

Après le crash, une heure après plutôt, le personnel reprenait conscience. Nous regardâmes tous par les vitres.
Un brouillard intense et de couleur verte recouvrait l'horizon, si bien que nous voyâmes même pas en dessous de nous.
Une personne se trouva volontaire à aller voir dehors si l'air était respirable ou pas. C'était du suicide.
A peine sorti, la personne suffoqua, et s'étreignait la gorge, ne pouvant pas respirer. Et il tomba à terre, et un phénomène très étrange transforma la personne en bête verte, où lequel poussait des "bulles" sur lui, un bras se transforma en griffes, en très grandes griffes. Il faisait penser à ce que certaines personnes avaient déjà vus, le Parasite disait on.

Le monstre fit un bond géant et griffa une vitre. Et puis il tourna autour de la "dépouille" de la frégate, et puis n'arrivant pas à entrer à l'intérieur, il partit...

"Ce serait la planète des Parasite?" demandais-je au capitaine, qui en avait déjà vus.
"Certainement, c'est absolument sûr, et puis le soldat, en allant dehors, avait respiré l'air de cette planète qui selon ce que l'on à vu, contient des spores parasites. Pour aller dehors, il faut un casque, comme vous Sam." me répondit t'il.
Il ajouta : "Des ingénieurs sur ce vaisseau vont voir comment réparer tout le matériel du EarthFrench, allez dehors pour nous en dire plus sur ce monde, Spartan, nous vous empruntons un Warthog que les ingénieurs ont remit en marche, avec les deux personnes qui vont avec, revetés aussi d'un casque."
J'accepta la quète, et me préparait à cette découverte.

Chapitre 2 : Perdu dans le brouillard épais!

Je pris mes réserves d'oxygène, puisque l'air est irréspirable. Les deux autres ASCO, car s'en était, était eux aussi prêts.
Le capitaine l'avertit : "Surtout, ne vous éloignez pas du EarthFrench, ceçi pourrait vous être fatal, aussi bien vous que les ASCO!"
"Bien sur, capitaine" je répondit.
Donc nous nous dirigeâmes dans l'entrepôt à véhicules. Le Warthog réparé y était, entourés d'autrex véhicules : Scorpions, Warthogs, Mangoustes mais inutilisable.
Je pris le Warthog et le démarra : mais il ne voulait pas démarrer!
"Capitaine, votre Warthog est HS..." je lui dis.
Mais il me répond, ironiquement : "Mais espèce de gros béta, il est juste à coté de vous! AH AH AH!!"
Je répliqua : "C'est bon Capitaine, je ne suis pas aussi bête que j'en ai l'air!"
"AH AH AH AH, on voit bien que vous vous appelez Sam!" lui riait le capitaine.

Une porte, très grande, s'ouvrit devant nous et une autre porte se trouvait derrière pour aller dehors, il y a deux portes pour empecher l'air de la planète s'infiltrer dans la frégate.
La première se referma, et la deuxième s'ouvrit.

Un vaste brouillard épais de couleur verte envellopait l'air. On ne pouvait à peine voir à 5 mètres.
Nous sortîmes le Warthog, et je descendais faire une échantillon du sol de cette planète. Rien qu'en le regardant, cela semblait être de la terre, mais avec le brouillard, elle était de couleur verte.
Nous allumâmes les phares du Warthog, et on voyait devant nous, à environ 15 mètres, un précipice!
"Capitaine, un précipice est en plein devant nous, que faisons nous?"
"Un précipice? La secousse de tout à l'heure... Mais oui, la secousse a été provoqué par la chute de la frégate sur une montagne, mais comme aucun dommage provenant du blindage du vaisseau ne semble là, je pense que nous avons dût "glisser" sur une paroi empechant au vaisseau d'être endommagé! Rebroussez chemin, je pense que nous n'irons pas plus loin pour l'instant.
"Ok, nous rebroussons ch..." lui dis-je avant d'entendre un cri provenant d'un des ASCO.
"Ils sont là, venu nous bouffer, nous infecter! Notre fin est pr..." "AHHHHH!!!!...." C'était ses dernières paroles avant de se faire infecter.
"Tire sur lui, vite, n'hésite pas!!" criais-je sur l'autre ASCO.
Le Parasite de l'ASCO fût mitraillé avant que les autres arrivent.
Les Parasites foncèrent sur le Warthog, où nous étions installés, et nous fûmes tombés nous deux dans le précipice.
Ils ne nous avaient pas suivit.
"Sautons, vite, avant que le véhicule explose!" C'était les dernières paroles que je lui adressais car l'ODST venait, pendant son saut, de finir en brochette sur un pic rocheux. Il fût transpercé au ventre.

Moi, je fût tombé plus bas avant de m'accrocher à un rebord. Mais en fait, le sol semblait être juste eu dessous de moi.
Je descendit de cette corniche haute de 3 mètres du sol et me mit à genoux.
"CAPITAINE, nous..."
Il m'interrompi : "Vous avez oublié de déconnecter notre liaison, et j'ai tout entendu. C'est terrible, ils étaient combien les Parasites?! Vous ont t'il suivi?"
Je lui répondais : "Ils étaient une vingtaines de Parasites. Ils ne m'ont pas suivi. Ils sont encore en haut"...
J'ai dût m'évanouir à ce moment là. Et il me semble avoir entendu : "Ne vous inquiètez pas, nous allons réparer un Pélican pour vous retrouvez, ne bougez pas d'où vous êtes! Allo? Eh ho?"

Après, c'était le trou noir.

Pendant ce temps là, à la frégate, des marines voyaient par les vitres des Parasites sautés, essayant de les attraper.
J'espère qu'ils me retrouveront...

Chapitre 3 : Rescousse dangereuse

Je me réveillai dans une vaste plaine, et le brouillard vert s'était dissipé, surement parce que je me trouvais à une faible altitude.
Le fusil d'assaut de l'ASCO qui est tombé avec moi était par terre, devant la falaise où nous sommes tombés. Quand on regardais le ciel, le vert envahissait toutes ses hauteurs.
Le cadavre de l'ASCO était en haut, et je le voyait un peu : il est transpercé par un rocher pointu par son ventre.
De l'autre coté de la falaise se trouvait de vastes plaines de terres qui faisait penser à la bonne vielle Terre. Mais plus aucune trace d'herbe, mais des arbres étranges surplombait ces étranges collines.
Et au loin, je vis une tentacule bouger. Surement un de ces Parasites.

Pendant ce temps là, au EarthFrench :
"Préparez moi un pélican, et nous irons retrouver Sam! Dépéchez vous!!" cria le capitaine, de rage, en plus d'avoir des Parasites tournant autour de la frégate.
Une alarme se déclencha. Le hangar à véhicules terrestres était ouvert, les Parasites l'ont "arraché" grâce aux formes pures.
Une dizaine de Parasites entrèrent dans la frégate avant que le système de sécurité remplaça la porte arraché.
Un marines parlait à son conjoint : "On est dans la merde Albert!"
L'autre répondit : "Ouai, tu a raison Jean-Yves!" "Arrrghhhh!!!!, aide moi Albert!!!"
"Agghh!!!"
Les marines se transformèrent en Parasites.

Moi, je partait explorer les environs, de toutes façon, je pense qu'avec le brouillard levé, il me retrouveront rapidement.
Des trous étaient en abondance aux pieds de ces collines... Je partis dans un de ces trous : des oeufs de Parasites étaient collés au mur...
Un Parasite surgit de nul part et me sauta dessus! Mais je lui envoya un chargeur de fusil d'assaut, et celui-ci tomba raide mort, enfin, pour l'instant. Car en tirant, j'avait ouvert deux oeufs. Les petits sautèrent sur moi tandis qu'un d'eux rentrèrent dans le corps du Parasite mort temporairement.
Je lançai un grenade que j'avait ramassé en même temps que le fusil d'assaut. Je fuyai rapidement la grotte puisque la grenade allait ouvrir touts les autres oeufs. Pas très habile de ma part...

"Pélican prêt! Capitaine! Partons!" criait un ingénieur qui avait réparé le Pélican.
"Dépêchons-nous." dit le capitaine.
Le Pélican partit et ferma sa porte arrière mais pendant la fermeture s'était introduit un Paeasite d'infection, et s'était caché en dessous la cabine de pilotage.
Le Pélican descendit jusqu'a remarquer que le brouillard s'était levé.
"Magnifique, c'est... le brouillard est parti!" se réconforta le capitaine.
Le pilote dit : "Regardez, un ASCO transpercé par la roche! C'est l'un d'eux!"
"Ouai, et j'espère que Sam a survécu..." dit le capitaine.

"Le Pélican! Il est arrivé!" m'exclamai'je.
J'utilisai un feu de détresse que je possedait toujours en cas d'accident. Un panache de fumée rouge s'élevai dans le ciel.
Le Pélican arrivait, et je vis le capitaine sauter de l'appareil! Etrange...
Je le rejoignis rapidement et me dit : "Aidez moi, Sam, les Parasites ont pris contrôle du Pélican." m'expliqua le capitaine.
"Ne vous inquiétez pas, je m'en occupe!" je lui dit pour le réconforter.

Chapitre 4 : S'évader est une bonne idée!

Le Pélican voletait dans touts les sens, à cause d'une aile qui avait frappé un rocher.
"Sam, reprenez nous ce Pélican!!" m'ordonna le capitaine.
"Ok capitaine, je vais essayer" lui répondis-je.

Je tirait sur l'aile du Pélican en feu et d'un coup, la balle de mon Magnum avait carrément explosé le Pélican en plusieurs morceaux. De la fumée verdâtre sortaient des débris, et un Parasite d'infection sautait sur le capitaine.
"Capitaine! J'arrive!"
"Aidez... Sammm!!!!!"
Le corps du capitaine se transformait en quelques secondes en un Parasite. Je mis un coup de poing à celui-ci et tomba raide mort, en morceaux.
Sur un des morceaux du Parasite décapité se trouvait encore un appareil de communication en bon état.
"Ramenez moi un Pélican, le plus vite possible!" criai-je.
"Oui, nous arrivons sur le champ!! Arghhh!!!! Des Parasites ont envahis le EarthFrench!! répondit un pilote.
"Bien reçu..."

30 minutes après...

"Montez vite!" s'exclama le pilote ainsi que quelques marines survivants.
Je leurs donaient des ordres : "Je monte! Retournons à la frégate anéantir ces Parasites!"

30 minutes pour revenir...

La frégate était envahi par la brume que ces bêtes relachaient en permanence. L'athmosphère était redevenu lugubre!
Le pilote nous disait que le seul moyen d'échapper à l'attraction de cette planète était de prendre le longsword dans le hangar à véhicules aériens. Le Pélican aurait beaucoups de mal à y échapper, quitte à ne plus avoir d'énergie.
"Qu'attendons nous?" me questionnai-je.

Nous entrâmes dans le fameux hangar à véhicules et le longsword se trouvait ici.
Il était HS, heuresement, un ingénieur était avec nous.
"Le longsword sera remis en sevice dans environ 1 bonne heure." nous informait l'ingénieur.
"On vous couvrira des Parasites! Au travail!" dis-je.

En attendant, j'était finalement parti explorer le reste de la frégate et voulu déclencher une auto-destruction, quitte à les anéantir de ce vaisseau et à venger le reste de l'équipage mort.

45 minutes après...

"Voilà enfin le dispositif d'auto-destruction prêt!" en informant les autres via un appareil de communication.
"C'est parti!" en brandissant mon fusil d'assaut.

Je courais le plus vite possible en tirant sur touts les floods en vue.
Ingénieur : "Le longsword est prêt!!!"
"Je suis là!!!" "Commençez à demarrer le vaisseau!" je lui ordonnait.

Le Longsword s'envolait dans le ciel et j'appuyait sur un bouton : le EarthFrench avait explosé en milles morceaux tandis que de la fumée verte s'enlevait peu à peu de l'endroit où nous sommes : dans la haute-athmosphère.
Le vaisseau se détacha peu après de la gravité de la planète et repartit au loin...
"Mais au fait, dans quel système nous trouvons nous?"
"Je ne le sait point..."


Chapitre 5 : Et une autre en vue!!!

Cela faisait maintenant quelques jours qu'on naviguaient dans cette partie de la galaxie, où du moins, si on y etait, car le peu d'information sur le système d'où on se trouve nous perturbaient beaucoups.
"Spartan! J'ai des informations sur l'endroit où nous nous trouvons, et ce n'est pas très encourageant pour la suite..." disait le naviguateur du Longsword.
"Où ça? Sommes nous déjà dans notre galaxie?" demandais-je.
"C'est à dire que non, et si je puisse dire, nous sommes à perpète, nous nous trouverions actuellement dans la galaxie d'Andromède, dans un système inconnu de nos instruments. Mais j'ai une autre info..."
"Quel info? Car ce que vous me dites est invraisemblable!" répondis-je.
Le naviguateur me demandait de me suivre, et de regarder attentivement la carte 3D tactile projeté sur un holosocle. Cela montrait notre Longsword et sa position dans le système inconnu. On voyait des filaments de toutes les couleurs sur les cotés en se dirigeant droit sur le véhicule.
Le naviguateur me balbutia : "Ces filaments, voyez par vous même, ce sont des vents solaires, et de plus grande intensité que la dernière fois! Si ils nous touchaient, nous aurions de grandes chances de nous écraser autre part, et plus loin!"
"Prêt pour un nouveau tour?" répondis-je ironiquement au naviguateur.

Le vaisseau venait de subir un effoyable sort, et s'est coupé en deux lors du choc du fameux vent solaire. Des portes de secours se refermèrent sur les vides qui étaient la place des murs, pour boucher ce qui a été détruit et maintenir l'air et la gravité à bord.
Je me rapelle que je m'était accroché à un mur, mais mon corps se mit à flotter, et de plus ma tête s'était cogné contre le plafond au moment du choc. Et de plus, après que les portes de secours se referment, mon corps retombit par terre.
Il devait rester quelques marines, l'ingénieur et le naviguateur auquel j'avait discuté avant, mais les pilotes étaient surements morts, vu que la force du vent solaire avait arraché en deux le Longsword. Ils nous restaient d'ailleurs qu'un espace reistreint, et de l'air en quantité faible.
Mais nous nous évanouîmes tous, même moi, à cause de la douleur à la tête, en plus que j'avait enlevé mon casque à ce moment...

Une journée après, surement, nous nous relevâmes un par un, moi étant le premier à me relever. Avant de réveiller les autres, je regardait par delà un hublot, le seul hublot d'ailleurs.
Une planète ressemblant à la Terre nous faisait face, mais était-ce vraiment la Terre?
Je reveillis le naviguateur, et après avoir retrouvé ses esprits, regardait à travers le hublot.
La planète ressemblait comme je l'avait vu à la Terre, mais il m'expliqua que la Terre contenait moins de terres et plus d'océans. Or cette planète possédait plus de terres et moins d'océans.
Un marine se réveilla, et accouru à l'hublot.
"Ouah, c'est splendide!" repondit-t'il. "Aie!! Mes yeux!!! Je rêve!!! Ou pas!!!" criait le marine.
Le naviguateur expliqua : "En effet, il y a trois étoiles dans ce système. Et voyez : deux lunes tournent autour de la planète. Pas de chance, ce n'est pas la Terre. Mais d'ailleurs, notre vaisseau à l'air de se diriger droit dessus!"
"Qu'allons nous découvrir cette fois çi?" me demandais-je.

La chaleur des étoiles étaient oppressante, et le débris de Longsword d'où on se trouvait chutait droit sur la planète. L'ingénieur remit en marche l'holosocle temporairement en installant une faible batterie à moitié vide. Mais cela pouvait toujours nous servir, enfin, le temps qu'ils nous restent avant de chuter bien sur!
L'holosocle avait l'air de connaitre ce système, enfin, pas son nom, mais des indications sur les soleils et la planète.
Le naviguateur regardait le holo, et d'un coup : "Ahh non! Pourquoi cet endroit, est-ce le destin qui nous a mené ici?!"
"Calmez vous, que nous arrivent t'ils?" demandais-je.
"Bon, je vous explique à tous. Je vous dirait la mauvaise nouvelle à la fin, mais ce que je vais dire avant ne sont pas forcément de bonnes nouvelles. D'abord, les trois soleils ont un nom, l'un Urs, l'autre Fied et le dernier Joori. Les lunes de cette planète s'apelleraient Qikost et Suban. Et la planète s'apelle..."
"Elle s'apelle?" répondirent tous le reste de l'équipe.
"Sanghélios... d'après des prisonniers élites pendant la guerre d'Harvest, cette planète nommé Sanghélios serait la planète natale des Elites!!!! C'est horrible, si nous nous écrasons dessus, nous allons jamais en ressortir!" écumait le naviguateur.

"Allons rendre une petite visite à ces têtes de poulpes!!" m'exclamais-je.


Chapitre 6.1 : Têtes de poulpes menacés?

"Accrochez vous, le Longsword va chuter d'ici quelques minutes!" informai-je.
Une secousse peu violente se fit sentir, car le vaisseau était maintenant entrain de chuter dans l'athmosphère de cette planète. Après que nos ayâmes traversé les nuages cottonneux de cette planète, nous apercevîmes une moultitude de véhicules aériens, civils bien sûr. Certains ressemblaient à des Phamtoms, d'autres à des Spirits, ou encore à des Banshees mais en version civil, sans armes, plus gros, certainement des véhicules du genre "bus""avion".
Alors que sur le sol aride de cette contrée d'où on allait chuter dans quelques minutes, de véhicules, la plupart ressemblant à des Shadows, ces véhicules de transports qu'ont déjà utilisés les Covenants, maintes fois pendant plusieurs combats. Mais de mêmes que les aériens, ils étaient de vue dépourvue d'armes. Les routes étaient ici tout simplement sabloneux, avec quelques appareils violets, la couleur symbolique des Covenants d'ailleurs, étaient voyant.
Un grand Bang retentit dans la coque (ou plutot de ce qu'il en restait) du Longsword. Il percutta un de ces véhicules aériens, qui était ce Spirit civil, et le fît chuter avec nous dans une sorte d'étang, qui paraissait "imaginaire", une sorte d'illusion, comme on pouvait en voir dans certains déserts sur notre bonne vielle planète.

Nous nous sauvâmes de la noyade, et le Spirit, qui était en dessous le débris du Longsword, qui prenait en place presque la quasi-totalité de l'étang, sombrait à l'inteieur.
"Il est profond l'étang de chez eux!" m'exclamais-je.
"Partons et allons nous cacher le temps de réfléchir à ce qu'on va faire!" répondit le naviguateur.

Chapitre 6.2 : Réfugiés chez ces têtes de poulpes!

Nous courûmes le plus vite possible, mais le naviguateur, épuisé, criait : "Continuez sans moi, je vous rejoindraient!"
Nous ne pûmes lui répondre, puisque le naviguateur se fit écrasé par ce qui ressemblait à un Shadow pacifique.
Mais il débarqua tout de même une dizaines d'élites en armure Commandos et capturèrent le reste des humains, exeptés moi et un Marine.
Nous en profitâmes pour leur voler le Shadow et s'enfuir loin de cet endroit...
"Des montagnes là-bas, Spartan!" me dit le Marine.
"Allons-y nous réfugier..." répondis-je.

Une heure de route sans aucune périphéties, nous trouvâmes une maison, en pierre, au pied de la montagne, et d'autres derière la première...
"Allons voir là-dedans!" m'écriai-je.
"Bien sûr, chef!" répondit le Marine.
Je défonça la porte en un coup de pied, et à l'interieur se trouvait des Elites, dénudés, hormis un tissu, qui recouvrait la taille.

"Que voulez vous?! Ne nous faîtes pas de mal!" répondit une voix féminine, celle d'une Elite.
"Asseyez vous, humains, n'ayez crainte, personne ne vous faira de mal dans ce vilage!" répondit un autre Elite.

Chapitre 6.3 : Une sorte d'Hérétiques?

L'Elite mâle nous regardait fixement dans les yeux, puis nous conta l'histoire de leur peuple avant et après la création du groupe Covenant :
"Notre planète, il y a bien longtemps, connaissait une paix qui ne pouvait avoir de fin, dont vivait tranquillement avec nos ressources, notre terre. Mais un jour, la guerre éclata contre une râce extra-sanghéliène, les Prophètes, qui cherchaient des structures Forreruners, cachés sur notre planète..."
"Et nous donc! Le genre Covenant est-il venu sur terre pour chercher quelque-chose d'identique..." répondis-je.
"Attendez, je fini mon histoire, et vous pourrez parler après. Donc ce jour là, nous entrâmes en guerre, et avec des victoires de notre râce, les Prophètes ont décidés de négocier avec nous, et nos dirigeants ont mordus à l'hameçon! Les deux râces ont donc créer ce que vous appelez les Covenants, et se mirent en recherche de planètes où trouver ds reliques Forreruners...
Nous, la pluparts des civils, étaient contre ceci, mais l'armée nous repoussait, nous annihilait, jusqu'a temps qu'ont changent d'idées! Mais certains d'entre nous n'ont pas baissés les bras et se cache dans des endroits isolés, comme ici, comme nous. Depuis ce temps là, nous sommes considérés comme des Hérétiques à leurs yeux..." expliqua l'Elite.

Je n'eu pas le temps de répondre qu'un Elite rentra dans la maison brusquement et cria : "Ils sont là! Fuyez!"
"Attendez, restez là, je vais vous aider, et nous pourrons reprendre notre discussion après ça..." répondis-je.
"Vous...vous êtes humain!" s'écria l'Elite, rouge de râge.
"Oui, mais vous n'avez rien contre nous, alors que les soldats Elites, si." disais-je.
"Nous sommes venus en volant un Shadow, servons nous en pour nous défendre!" m'expliqua le Marine.
"Vous, vous restez dans votre maison!" disait l'Elite entré il y a peu dans la maison. "Je combattrai ces Elites!"

Sortis de la maison, un bataillon d'Elites, qui avait l'air une trentaine arrivait droit sur le village.
Nous prîmes le Shadow et l'Elite se mit à la tourelle. Le Marine était resté à l'intérieur, pour défendre au dernier recours la famille à qui on s'était adressé.
D'autres Elites du village sortirent de leurs maisons pour nous aider.

"Tirez!" vociférais-je.
Le canon Shade accroché au Shadow expulsa toute son énergie sur le bataillon. Cinq Elites mourèrent rapidement de brulures.
Les ennemis commençaient à tirer tandis qu'un d'eux lancèrent une grenade plasma. Elle s'acrocha sur le canon Shade.
"Pour le sang de nos pères, pour le sang de nos fils! Je me sacrifierait! Jamais je n'abandonnerait!" hurla l'Elite du Shade, en râge.
Il continuait cepandant à tirer et tua deux autres avant de mourir atomisé par la grenade.

Je m'équipai de mon fusil d'assaut, tirant des rafales sur les Elites, qui eux, tiaient sur les maisons et les habitants.
Et là, surprise, un Spirit arriva et tirait sur les ennemis! Peu après, les ennemis completements décimés : "Montez! Ah! Sam! Quel vent vous amènent ici?" Montez avant que ces Elites vous tue!" criai le deuxième naviguateur, censé être mort noyé par l'étang.
"Non, ce sont des Elites alliés! Mais comment êtes vous là?!" demandais-je.
"Je réussi à faire surface, et miracle, un pompe et une lance-roquettes s'offraient à mes pieds! Donc je m'en munissa. Et peu après, un Spirit de combat était venu larguer deux Elites d'exploration pour découvrir ce qu'il s'était passé. Moi, j'ai prit mon pompe et j'ai tué les deux Elites puis ma lance-roquette dans l&a cabine de pilotage! Le bougre de vaisseau avait résisté mais l'Elite à l'interieur fût soné par les vibrations, je lui mit un coup de pompe et partis me balader... Et vous voilà!" m'expliqua le naviguateur, se réjouisant de nous avoir trouvés!

"Bon, nous devons partir... merci pour ces infos!" criai-je aux Elites du village.


Chapitre 7 : A nos trousses...

Voilà maintenant dix minutes que nous sommes parti, et aucun Elites en vu...
"C'est étrange, est-ce-que l'on nous prépareraient un sale coup?" demande le naviguateur.
"...Oui!" répondis-je clairement, en voyant une dizaines de Spirits et de Phamtoms armés. "Filons!"
L'essaim de véhicules aériens nous rejoignait rapidement, et nos commençâmes à faire feu, au même moment qu'eux.

Nous étions dans un désert sablonneux, vent chaud. Notre Spirit esquivait les coups ennemis, mais il semblait que les ennemis voulaient nous emmener quelque part plutôt que de nous faire la peau!
Nous tirâmes plusieurs coups de Spirits et un Phamtom prit feu. Il s'écrasa contre un Spirit civil plus bas.
"Et de un!" disais-je.
Mais un de ces vaisseaux nous tirait dessus, et un bout de notre Spirit parti en fumée.
"On va passer en 1ere vitesse!!!" m'informait le naviguateur.
Le Spirit filait à pleine vitese mais les autres ne perdirent pas le temps de faire de même.

"Des Apparitions AA! Que font t'ils sur cette planète?!" criait le naviguateur.
"On s'en fiche, contourne moi ça!" répondis-je.
Nous contournâmes donc les A-AA mais plusieurs barreaux nous touchèrent.

Nous allions nous écraser mais nous fîmes feu sur les vaisseaux alentours. Trois Spirits et quatre Phamtoms s'écrasèrent sur les Apparitions, tandis que nous allions nous écrasions sur une falaise.
"Sautez, Spartan!" criait l'homme.
Il me poussa et je tombai dans une dune de sable, devant la falaise, tandis que le Spirit s'écrasa de plein fouet dessus...


Epilogue : Les Spartans disparaissent toujours...

Mes armes étaient à terre, et je ne pûs les récupérer... des Elites s'en empara, juste après avoir descendu de leur Phamtom, puis me "menotta" avec des menottes plasma, qui lévitent toutes seules...
On m'emmena donc dans le Phamtom puis deux Elites pointaient leurs armes sur ma tête...
Si seulement je pouvait me défendre... Mais aucune arme n'était à ma porté, et un poing suffirait à me bruler le poignet, à cause des menottes.

Une des portes du Phamtom s'ouvrit soudainement, et là, des gardes Elites me poussèrent jusqu'a une sorte d'arène étrange...
Je me croyait gladiateur. Des miliers de Covenants allaient regarder de loin ce qui allait se passer... Un massacre!
En effet, deux chasseurs apparurent dans l'arène et étaient chargés de m'executer...
"Ahhh!!!!! Merde! Ils me tirent dessus!!!" criai-je...
A force de coups à combustion, ils me décapitèrent un bras, puis l'autre...
Ils m'achevèrent au coups de boucliers...

Sur la planète Terre... :
"Nous devront faire croire à toutes personnes que ce Spartan à disparu, car dans l'imensité de l'Univers, un soldat, même Spartan, ne survivrai pas deux mois..." disait le président d'un batiment de l'ONI.
"Les Spartans disparaîtront toujours, quand est-ce que nous diront la vérité...?"


FIN