#random-posts img{float:left;margin-right:10px;border:1px solid #999;background:#FFF;width:36px;height:36px;padding:3px}

4 août 2014

Halo : Waypoint - Créations conservés - Fanfictions - Halo Ennemis du passé




Chapitre 1

Dans un désert, une boule de feu géante traverse le ciel, quelque chose s'en détache, et la boule s'écrase dans le sable. L'explosion est visible à des kilomètres à la ronde. Le bout qui s'en était détaché est en fait un H.E.V (module de déploiement orbitale), ressemblant à un œuf à l'envers surmonté de « pics » aux quatre coin. Au même moment, un Dodge Challenger jaune aux vitres teintés, semblant daté des années 1970, arrive sur les lieux du crash. Sur l'un des débris flambant on peut y lire “UNSC Aube de”. Plus loin, le H.E.V s'écrase, au bord d'une route goudronnée comme au États-Unis ou en Australie, la porte tombe et un Spartan en armure Mark VI en sort. Il s'approche de la route et s'accroupit. 

-Tu as dit que ce n'était pas une colonie, tu te serais trompée Cortana ? dit le Spartan. 
-Non major, j'ai dit que ce n'est pas une colonie de l'UNSC, c'est possible que ce soit des rebelles, répondit une voix féminine.

La voiture jaune s'approche doucement d'eux, comme si le conducteur hésitait.

-On dirait une voiture, tu as dit que nous avions dérivés combien de temps ? demanda le major
-2 ans et 45 jours.

Il marche vers la voiture dont le moteur vrombit.

-Elle fait un bruit étrange, non ? remarque-t-il.
-On dirait un moteur à explosion.

Le major arrive au niveau du coupé mais celui-ci repart en trombe alors qu'un avion de chasse F-22 vole au-dessus de l'épave du vaisseaux.

-Un Skyhawk ?
-Non, je n'ai pas ce genre d'appareil dans ma base de donnée.

Au loin, des sirènes de police retentissent, trois SUV noires du 21ème siècle arrivent à toute allure.

-Je me disais bien qu'on ne passerais pas inaperçus, dit l'I.A.

L'avion de chasse se pose à la verticale derrière eux, le Spartan se tourne vers lui.

-Vous allez être conduit pour un interrogatoire, vous comprenez ce que je dis ? préviens une voix dans un mégaphone
-Cortana, tu peux lui répondre ?
-C'est comme si c'était fait.
-Bien, attendez ici, répondit la voix.

L'avion redécolle à la verticale et repart tandis que les SUV arrivent, les sirènes hurlantes. Ils s'arrêtent, le major s'approche et un homme chauve habillé en costume noir sort du côté passager de l'un des SUV.

-Bonjour... vous parlez notre langue ?
-Affirmatif, j'aimerais quitter cette planète au plus vite, dit le super soldat.
-Je crois que ça va pas être possible.
-Pourquoi ?
-Nos navettes spatiales les plus évoluées sont incapables de quitter notre système solaire.

Chapitre 2

Dans une petite pièce, le Spartan est assis à une table en face de l'homme de tout à l'heure, celui-ci allume un magnétophone.

-Combien êtes-vous ? demande l'homme.
-Il n'y a que moi, affirma le major.
-Comment vous appelez-vous ?
-Spartan John-117, major de l'UNSC.
-Comment êtes-vous arrivé sur notre planète ?
-Mon vaisseau a été gravement endommagé, il a été coupé en deux...
-L'Aube de l'Espérance, c'est ça, un vaisseau de guerre ?
-Affirmatif. J'ai dérivé pendant plus de deux de nos années, je suis passés près de votre planète dont la gravité m'a attiré. Quand j'ai vu cela je me suis installé dans un module de déploiement orbitale pour m'enfuir, la suite vous la connaissez.
-Comment l'Aube a t-il été endommagé ?
-L'explosion d'un Halo, une arme gigantesque qui peut détruire toute vie dans un certaine zone de la galaxie. Il y en avait sept, il n'en reste maintenant plus que six.
-Toute vie... organique ? demande l'homme chauve d'un air interressé.
-Affirmatif.
-De quelle planète venez-vous ?
-De Eridanus II mais j'ai été élevé sur Reach, tout deux dans le système Epsilon Eridani.
-C'est du charabia pour moi.
-J'en suis navré.
-Donc vous êtes venu de Reach jusqu'ici...
-J'étais sur Terre quand je suis partit avec l'Aube.
-Vous avez dit la Terre ? demande l'homme de nouveau très interressé
-Il y a un problème avec ça ?
-Excusez-moi..., annonça l'homme en se levant.

Il sort de la pièce laissant le Spartan et son I.A seuls. Peu après un autre homme chauve ouvre la porte.

Suivez-vous, ordonna-t-il.

Le major se lève, peu après ils sont tout les deux dans un SUV noir roulant dans une ville de type nord-américaine de 21ème siècle.

-Où va t-on ? demande le Spartan.
-Faire des tests.
-Sur quoi ?

Personne ne lui répond, le SUV passe un carrefour mais la voiture jaune grille un feux rouge et le percute de plein fouet avec une violence tel que tous ses passager sont éjectés, y compris John qui se relève difficilement, comme si quelque chose le bloquait. La voiture intacte s'approche de lui en dérapant, côté passager face à lui et la portière s'ouvre.

-Viens avec moi si tu veux vivre, dit une voix venant de la voiture.

Le Spartan se relève et court pour s'y engouffrer. La portière se referme alors que le levier de vitesse, les pédales, et le volant bougent tout seuls : il n'y avait personne à l'intérieur.

-Qui êtes-vous ? demande le major.
-Je suis le Protecteur. Vous venez réellement de la Terre ? demande la voix.
-Mes lointains ancêtres.
-Pourtant vous avez l'air mécanique, fait remarquer la voiture.
-En-dessous je suis entièrement organique.
-Je m'en doutais, l'impulsion électromagnétique ne vous a que faiblement touché. J'ai été spécifiquement conçu dans l'éventualité où vous viendriez.
- Ah oui ? dit le major étonné.
-Accrochez-vous...

Un grand choc se fait entendre sur la carrosserie, le major se retourne et voit par la vitre arrière un tank militaire les poursuivant en tirant des obus.

-Je suis quasiment invulnérable, ne vous en faîtes pas, rassura le Protecteur.
-C'est le quasiment qui m'inquiète et évitez de recommencer avec vos I.E.M., prévenus une voix féminine.
-Vous avez une I.A dans votre armure, peut-elle la contrôler ? demande la Challenger jaune.
-Uniquement l'affichage tête haute, répondit-elle.

Plusieurs tirs se font entendre, faisant dévier le coupé jaune de sa trajectoire, qui arrache quelques poteaux au passage.

-C'est quoi le plan ? demande l'I. A du major.
-Aller en lieu sûr.
-On peut riposter ? demande à son tour le super soldat.
-Négatif pour le moment.

La voiture dérape à un carrefour pour tourné à droite, le tir du tank la poursuivant lui fait changer de voie et heurter un camion.

-Qu'entendiez-vous par « pour le moment » ? s'interroge le major.
-Encore 30 secondes.

Le tank se rapproche, ainsi qu'un autre et cinq voitures de police sirènes hurlantes. L'un des tank tire, faisant exploser le camion, permettant du même coup à la voiture jaune de se dégager. Celle -ci repart, mais deux autres tank bloquent la rue qu'elle emprunte. Deux tanks devants, deux derrière, John, Cortana et le Protecteur sont encerclés.

-Rendez-vous immédiatement ! Ordonna une voix dans un mégaphone.
-On peut riposter ?
-Affirmatif.

Les sirènes et les gyrophares des voitures de police s'arrêtent, tout s'est arrêté de fonctionner sauf la voiture jaune qui repart entre les tanks.

-D'après mes informations on dirait la Terre au début du 21ème siècle, mais c'est impossible, ce n'est pas le système solaire et puis comment aurions-nous remonter le temps ? commence à s'interroger l'ancienne I.A du Pilliar of Autumn.
-On dirait qu'ils ne vous l'ont pas dit, semble s'étonner la voiture.
-Dire quoi ? demande le major.
-Bienvenue sur Cybertron.

Chapitre 3

Dans une caverne, John est assis contre une paroi, l'hologramme de Cortana est debout devant le Protecteur. 

-Comment se fait-il que l'on soit sur une planète ressemblant à la Terre du 21ème siècle ? demande le Spartan.
-La grande guerre du 21ème siècle, rappelle le Protecteur.
-21 décembre 2012, 18 heure 18..., dit Cortana.
-24 décembre 2032, 2 heure 14, continue John.
-A la fin de la guerre, on m'a programmé pour empêcher que des machines ne quittent la planète. Pour cela on m'a renvoyé dans le temps, au début de la guerre, explique la Dodge.
-Renvoyé dans le temps ? demande le major.
-La dernière machine à voyager dans le temps à été détruite après la guerre, ainsi que tous les travaux là-dessus, annonce l'hologramme bleu.
-Malheureusement j'ai échoué dans ma mission, mon horloge interne était défectueuse, quelques-unes étaient déjà parties avec des humains quand je suis arrivé. Il a fallut que je les suivent. Maintenant ma mission est d'empêcher qu'ils retournent sur Terre.
-En théorie ils devraient pouvoir récupérer des pièces de l'Aube, peut-être même le moteur PRL, s'inquiète l'I.A de l'UNSC.
-Ils ont pris des débris de la frégate ? interroge le Spartan au coupé jaune.
-Oui, il sont dans leur zone 51, à une quarantaine de kilomètres au Sud.
-Il va falloir tout détruire... Il y en a d'autres de notre côté ? dit Sierra 117.
-Non, je suis le seul.
-Armement ?
-Aucun, déclare la voiture.
-Et eux ?
-Oui, évidemment.
-Alors je vais devoir leur emprunter...

Loin, très, très loin de là, dans un vaisseau Covenant se trouvant dans subespace. Le chef des élites, l'Arbiter est dans la soute en train de regarder trois autres élites réparant un véhicule Covenant, l'un découpe certaines parties en se servant d'une épée à énergie, un autre essaie de souder des panneaux métalliques en tirant avec un fusil plasma pendant que le troisième les lui tient.

-On a même le bon matériel, se plaint l'un d'eux.
-Je veux utiliser notre dernier Séraphin pour aller chercher le Démon, déclare l'Arbiter.
-Cela risque d'être un peu juste au niveau du temps, annonce un deuxième mécanicien élite.
-On ne sait même pas si ce pauvre humain a survécu, remarque le troisième.
-Nous avons perçus sa balise il n'y a que peu de temps, il doit-être vivant ! Il a dût vivre bien pire que nous tous réunis. Il doit « s'amuser quelque part »..., se rassure le chef des élites.
Et effectivement... Sur Cybertron, de nuit, le super soldat humain est tapis dans des fourrés, guettant un homme en treillis militaire faisant des allers-retours devant un portail avec dessus écris en gras « Zone 51, accès réservé. Tout manquement seras sanctionné par la peine capitale ». L'homme se baisse pour refaire ses lacets de ses rangers mais le major lui saute dessus par derrière et l'égorge avec un couteau de chasse. Du sang coule mais l'on peut surtout voir des circuits hydrauliques que le Spartan prend soin d'arraché en le décapitant avant de prendre son fusil qui ressemble à un fusil à pompe. Le Protecteur, phares éteints, arrive de nulle part. Le major lui ouvre le portail, monte dans le coupé jaune qui rentre dans la zone réservée. Au loin, on peut déjà apercevoir des silhouettes de frégates UNSC en cours de construction...

-Il n'ont pas perdus leurs temps, remarque le major.
-Ce sont des machines, explique la Challenger.
-Je capte un signal, annonce Cortana alors que la Challenger des années 1970 roule à vive allure.
-Un signal ? Comment ça ? demande le major.
-Les renforts arrivent, c'est l'Arbiter !

Une corvette Covenante passe au-dessus d'eux.

-Malheureusement, je peux les capter, mais rien leur transmettre, regrette Cortana.
-Ils se dirigent vers le transpondeur de l'Aube..., dit le major.
-Il y a une antenne relais à un kilomètre, vous pourrez sans doute communiquez avec eux, signale le Protecteur.

La voiture jaune finit par arriver près d'une tour devant la quel elle s'arrête. Le vrombissement du moteur alerte les trois gardes à l'intérieur qui sortent, fusils aux mains.

Identifiez-vous ! réclame l'un d'eux.

Il a pour seul réponse une sorte de décharge électrique dans le dos, il tombe par terre, raide. Les deux autres garde se retournent et voient le major, celui étant le plus près de lui parvient à le désarmer d'un coup de pied puis lutte avec lui. Le Protecteur fonce sur le troisième garde et lui donne un coup de portière.

-Code 53 ! Code 53 ! crie-t-il.

La voiture parvient à le décapiter en lui roulant sur la tête, arrachant des lambeaux de chairs sous lesquelles se trouvent une sorte de squelette de métal. Le second garde réussi quant à lui à plaquer au sol le Spartan. Il lui enchaine plusieurs droite qui surchargent le bouclier personnel qui cède. Le garde s'apprête à assener le coup de grâce au major, mais il est percuté par le Protecteur s'étant servi d'un petit talus comme tremplin pour remplir son rôle et ne pas blesser le super soldat humain. Celui-ci saisie une arme à coter de lui par terre et tire sur le garde, lui envoyant une décharge électrique fatale. Le Spartan se relève et court dans la tour. Arrivé en haut, il voit une pièce remplie de panneaux de contrôles et d'écrans. Il sort une disquette creuse insérée derrière son casque et la pose sur un des panneaux de contrôle, l'hologramme de Cortana y apparaît au-dessus.

-Qu'est-ce que je lui envoie ? demande l'hologramme en regardant le soldat en armure.
-J'aurais jamais crus demander ça un jour... Qu'il vitrifie tout, sur le champs.

Dans la corvette, le message est passé : une élite va vers l'Arbiter en lui disant :

-Nous avons localiser le Démon, il nous demande de tout vitrifier.
-On dirait pourtant une colonie humaine, j'ai comme un mauvais pré sentiment..., s'inquiète l'Arbiter, Je prend le Séraphin pour le rejoindre et m'assurer que ce n'est pas une ruse.

Le major retourne dans la Challenger jaune dont la portière se ferme toute seule.

-J'ai piraté un satellite, je vais pouvoir éviter les patrouilles au sol, dit le Protecteur.
-On a un Séraphin ! Major, nous sommes sauvé, ils viennent nous récupérer ! se réjouit la voix de Cortana.
-Je n'en serais pas si sûr...

Chapitre 4

Trois copies de l'Aube de l'Espérance décollent et vont encercler la corvette Covenant. Dans la corvette, une élite en armure de dévot appuie sur un bouton sur son siège de commandement.

-Salutation, humains.... J'ai dit, salutation, humain.
-Je crois qu'ils ne doivent pas être au courant de notre victoire et de notre alliance avec les humains, dit une autre élite dans une armure de base en regardant un écran bleuté.
-Que voulez-vous dire ? demande le commandant.
-Ils ont un pic d'énergie au même endroits, je tente une manœuvre, mais...

Le nez de la corvette Covenante se lève, ses propulseurs s'allument mais les frégates utilisent leurs canons AM qui brisent littéralement la corvette en deux parties qui s'écrasent au sol avant d'exploser et de prendre feu.

-Ils ont des frégates armées et opérationnel, se résout le major ayant vu la scène à travers la visière de son casque et le pare-brise du Protecteur.
-On ne peut plus rien faire pour eux, toutefois, un Séraphin se dirige toujours vers nous, mais...
-Quoi Cortana ? demande le Spartan.

Le Séraphin a ses propres problèmes puisque des F-22 sont à ses trousses, il lui tirent des missiles mais le boucliers du chasseur Covenant résistent. Celui-ci décélère brusquement, passant de poursuivi à poursuivant, il effectue plusieurs tires de plasma bleus sur l'aile de l'un des avions de chasses. Celle-ci fond, l'avion part en vrille avant de s'écraser dans le toit d'un entrepôt militaire. Le Séraphin effectue de nouveaux tires sur le second avion de chasse, mais cette fois dans ses réacteurs, le faisant exploser en plein vol tandis que le Séraphin traverse ses débris enflammés, protéger par son bouclier. Un troisième F-22 arrive et prend en chasse le Séraphin.

-On peut faire quelque chose ? demande le Spartan sortit devant la Challenger jaune des années 1970.
-Le temps que vous arriviez à un aéroport, il sera trop tard, lui répond la voiture.

Le Séraphin décélère pour le prendre en chasse comme les deux autres, mais à ce moment, le F-22 s'intercale juste derrière, se prenant le Séraphin de plein fouet. L'avion de chasse explose tandis que le chasseur alien résiste, même si ses réacteurs sont détruits. Il perd de l'altitude, il finit par s'écraser en soulevant un grand nuage de sable. L'avant est quasiment intact alors que l'arrière est complètement détruit par la collision. Le major remonte vite dans la Challenger, ferme la portière, la voiture démarre à toute vitesse vers le lieu du crash. L'Arbiter parvient à s'extirper de sa cabine, une Jeep militaire arrive avec deux « hommes » à bord.

-Qu'est-ce que cela signifie-t-il ? demande l'élite.
-On a un alien, il est pas du tout comme l'autre, dit l'un des « hommes » en descendant de la Jeep.
-On a ordre de l'abattre, dit le second.

Ils dégainent leurs armes, l'Arbiter a à peine le temps de leur lancé une grenade à plasma sur leur véhicule, avant qu'ils n'aient le doigt sur la gâchette. L'explosion projette les deux « hommes » enflammés à plusieurs mètres. Mais ceux-ci semblent se relevés.

-Si seulement c'était aussi simple... déclare l'Arbiter.

Deux squelettes humains de métal se relèvent des flammes, bardés de circuits hydrauliques, des yeux rouges sur fonds noirs. Ils marchent vers l'élite désabusé.

-Qu'est-ce donc encore que cette abomination ? sécrit-il.

Il dégaine son épée à énergie, les deux robots la regardent d'un air presque interressé.

-Nous devons abattre l'alien, dit l'un d'une voix humaine.

L'Arbiter coupe la tête de l'un avec son épée, mais l'autre lui prend le bras par lequel il tient son arme et lui serre si fort que l'élite s'agenouille de douleurs.

-Alien neutraliser, possibilité de lui soutirer des informations, dit le robot squelettique. Vous allez être soumis à un interrogatoire, vous comprenez ?
-Lâchez-moi, quoi que vous soyez, bégaye l'ancien Covenant.
-Bien, avez-vous un lien avec l'extracybertronien 001 identifié sous le nom de John 117 ?
-Où est-il ?
-Derrière, dit une voix.

Une décharge électrique parcourt l'androïde dont les yeux rouges s'éteignent et qui s'écroule sur l'Arbiter qui se relève.

-Ça va ? demande le supersoldat humain.
-Qu'est-ce que c'était Spartan ?
-Des machines, ils ont utilisé les débris de notre frégate pour fabriquer leurs propre vaisseaux, et ils vont sûrement se servir du votre aussi, explique le Spartan.
-Allons-nous en avant que d'autres ne viennent, conseille le Protecteur.
-Qu'est-ce que cette voix ? demande l'Arbiter.
-Une sorte d'oracle, répond Sierra 117.
-Alerte, niveau de sécurité maximum demandé au niveau du chantier navale 52 et de la Porte des...

Le major tire une décharge sur la tête du robot encore active que l'Arbiter avait décapité, ses yeux rouges s'éteignent.

-Toujours vérifier, dit le major en regardant l'Arbiter.

Chapitre 5

Plus tard, la voiture jaune arrive près du chantier navale, elle s'arrête au niveau de la première frégate, deux cents mètres plus loin, l'attendent une dizaine de chars d'assaut.

-Rendez-vous, dit une voix dans des haut-parleurs.
-On fonce ? demande le major à l'Arbiter.
-Fonçons, répond-il à l'étroit dans son siège.

La Challenger redémarre, le major, prend une des trois cylindres métalliques sur la banquette arrière, sa vitre se baisse.

-Qu'est-ce que c'est ? demande l'élite.
-Une bombe enrichie d'un matériau qui nous est inconnu, ce petit cylindre a assez de puissance pour raser tout le chantier.

Il jette le cylindre, après avoir appuyer sur un bouton sur le coter, par la fenêtre qui se relève ensuite. Les chars commencent à tirer sur la Dodge semi-millénaire qui n'a pas la moindre bosse, malgré tout, l'élite ne semble pas rassurer.

-Elle est aussi blindé que vos vaisseau, rassure le major.

Le coupé jaune s'arrête, des crochets sortent du châssis et s'enfoncent profondément dans le sol.

-Explosion imminente, prévient le Protecteur, 5,4,3,2,1...

Le cylindre explose, l'onde de choc détruit tout sur plusieurs kilomètres à la ronde dont les chars qui s'envolent et percutent les frégates qui elles même sont « broyées » par l'onde de choc qui est pourtant absorbé par la carrosserie du Protecteur solidement arrimé au sol par ses crochets.

-Si seulement tout était aussi simple, dit l'Arbiter en esquissant une sorte de sourire.
-Je ne crois pas, regardé ! s'exclame la voix de Cortana.

Une des frégates déjà en vol avant l'explosion arrive, les crochets de la voiture se rétractent... sauf un qui reste bloqué.

-Finissez le combat, je transfère toutes les données importantes à votre I.A, dit le Protecteur, Et quittez cette planète en faisant un maximum de dégât.
-On est réputé pour ça, confirme le Spartan en prenant avec lui les bombes.

Le nez de la frégate se penche vers le bas. Les portières de la voiture s'ouvrent, le Spartan et l'élite sortent en courant. La frégate tire un obus de canon AM sur le Protecteur qui se retrouve avec un énorme trou le traversant du pare-brise jusqu'au train arrière.

-Mon système de propulsion de fonctionne plus, constate le Protecteur.

La frégate tire un second coup, cette fois sur le capot, faisant exploser la Challenger semi-millénaire. Les deux extracybertroniens courent vers le lieu où la corvette s'était crachée, ils se retrouvent en haut d'une colline sablonneuse et se couchent au sol.

-On a aucune chance d'y arriver, dit le major.
-Peut-être peut-on détruire un maximum des restes du vaisseau en jetant la bombe d'ici, conseille l'Arbiter.
-On a rien à perdre.

Il se lève, arme la bombe et la jette de toute ses forces en contrebas, les deux super-soldats se mettent à recourir dans le sens opposé.

-Où allons nous maintenant ? demande le chef des élites.
-Il faut que nous activions un anneau, annonce la voix de Cortana.
-C'est un Halo ? demande le major.

La bombe explose créant une nuage de sable et de débris derrière eux dans un gigantesque fracas.

-Je ne sais pas, mais pour l'activer il faut entrer une série de symboles, le poste de contrôle est à trente kilomètres d'ici, dans les montagnes. La zone est sous haute surveillance, mais j'ai les plans des installations.

Ils arrivent à une route alors que l'aube pointe, un semi-remorque rouge au phares allumés y passe. Le major lui tire dessus avec l'arme qu'il a pris à un des gardes. Le camion s'arrête mais son moteur vrombit d'un son rauque et puissant.
L'Arbiter passe devant et le tient en joug. Tandis que le Spartan ouvre la portière passager pour y découvrir une cabine complètement vide.

-Qu'est-ce que vous me voulez ? Je suis qu'un pauvre petit camion de livraison, moi, se plaint une voix sortie de nulle part.
-Sous la planche de bord de ce côté, dit Cortana.

Le major frappe un grand coup à l'endroit indiqué par son I.A, le moteur et les phares du camion s'éteignent. Le major, saute de la cabine et passe de l'autre côté, il regarde l'Arbiter et dit :

-Montez.
-Avec joie Spartan, vous êtes sûr qu'il est bien « mort » ? s'inquiète l'Arbiter.
-On verra bien.

Les deux êtres de chaires et de sang montent dans le camion, le major démarre, passe la vitesse et le fait avancer.

-S'ils sont originaires de votre planète avant que vous ne découvriez les voyages subspaciaux, comment sont-ils arrivés jusqu'ici ?
-Je n'en ai aucune idée, c'est dans les données qu'il t'as transmis Cortana ? demande le Spartan en changeant de vitesse.
-C'est assez flou, je ne comprend pas encore tout ce que j'ai reçu.

Peu de temps après, il traversent une forêt de ce qui ressemble à des sapins. Un camion militaire passe en face, sans conducteur. Arrivé à leur niveau, celui-ci klaxonne.

-Qu'est-ce que cela voulais dire ? demande l'ancient Covenant.
-Que l'on abandonne ce tas de ferraille ici.

Une fois le camion militaire hors de leur vue, la major gare le camion sur le bas coter, puis ils en sortent et continuent dans la forêt. Après une longue marche, l'Arbiter tourne la tête dans les sens, comme s'il cherchait quelque chose :

-C'est étrange, il n'y a pas d'animaux.
-Je n'avais même pas remarquer, c'est que c'est pourtant calme, et on a rien vu depuis tout à l'heure.

Un peu après :

-C'est là, sous le rocher, signale Cortana.

Le major soulève et met de coter un énorme rocher sous lequel se trouvait une sorte de trappe, l'Arbiter tire la poignée. En-dessous ils peuvent voir un puits avec une échelle s'enfonçant très profondément sous la terre.

-On va à être un peu à l'étroit là-dedans, non ? remarque le Spartan.
-J'espère qu'il ne faut pas rester là-dessous très longtemps, dit l'élite.

Ils descendent dedans tout les deux, le major et ensuite l'Arbiter.

Chapitre 6

Dans un couloir de béton en forme de cylindre, une petite porte grise foncée avec peint en blanc « Sortie de secours » s'ouvre. Le major et l'Arbiter entrent dans le couloir par là. L'élite la referme et ils se mettent en marche dans le couloir.

-La salle de contrôle est à 600 mètres à gauche au bout de ce couloir, dit Cortana.

Soudain le major s'arrête à l'intersection de deux couloirs.

-Qu'y a t-il Spartan ? demande le chef des élites.
-On fait demi-tour, je détecte plusieurs machines sur mon radar. Cortana, tu es sûr d'avoir neutraliser leur système de surveillence ?
-Absolument.

Ils reculent mais s'arrêtent à la prochaine intersection.

-Nous sommes encerclés, annonce le major, Et ils se rapprochent, je crois qu'ils doivent être une bonne vingtaine.

Deux patrouilles de cinq endosquelettes de métal armés se croisent au niveau de la première intersection, en faisant des bruits de métal que l'on frappe. Ils regardent à gauche et à droite où se trouvent les deux soldats extracybertroniens. Puis deux autres patrouillent de cinq se croisent au niveau de la seconde intersection, ils regardent à gauche, où se trouvent le major et l'Arbiter, puis à droite et continuent comme si de rien n'était. Le major et l'Arbiter apparaissent comme par magie dans le couloir en se tenant la main.

-J'avais oublié votre camouflage, semble s'excuser le Spartan.

Ils longent le couloir pendant plusieurs minutes durant lesquelles ils se mettent invisible pour tromper les patrouilles de robots à chaque fois qu'ils en croisent une. Au bout du couloir ils prennent à gauche et se retrouvent dans une pièce contenant des ordinateurs ainsi que leurs écrans, devant une énorme vitre obstruée par un volet blindé.

-C'est là ? demande le major en sortant la disquette creuse de son casque et la posant entre les ordinateurs sans doute semi-millénaires.

L'hologramme de Cortana apparaît au-dessus de celle-ci.

-Oui, je verrouille les portes et entre les symboles.
-Cela ne ressemble pas aux installations des autres anneaux mais plus aux vôtre, remarque l'Arbiter.

Des portes blindés se ferment aux entrées de la pièce, le volet blindé commence à se soulever.

-Intéressant, dit Cortana.
-Quoi donc ? demande le Spartan.
-Ce n'est pas du tout un Halo.

La porte blindée commence à se bosselée, quelqu'un tape contre elle.

-Ils nous ont trouvés, s'inquiète l'Arbiter.
-Comment fera-t-on pour sortir d'ici ? demande le major pas rassuré non plus.
-Mais c'est notre sortie, dit l'hologramme en souriant.

Le volet se lève complètement, laissant découvrir à travers la vitre un anneau d'un diamètre d'environ 6 mètres, avec une rampe pour accéder à l'intérieur. Sept chevrons orange répartie sur le pourtour dont six sont allumés, seul celui au-dessus au milieu ne l'est pas, un anneau à l'intérieur du premier avec des symboles étranges est en train de tourner dans le sens des aiguilles d'une montre avant de s'arrêter. Le septième chevron s'illumine, le centre de l'anneau devient tout blanc, puis une sorte d'énorme écume blanche jaillit avant de retourner dans le centre de l'anneau qui devient semblable à la surface d'un océan illuminant d'un reflet bleuâtre toute la pièce de l'anneau et la salle de contrôle. Un fracas retentit, un bras de métal squelettique à percer la porte blindé. Le major prend la dernière bombe dans son dos, puis donne des coups de poing avec l'Arbiter dans la vitre qui cède aux seconds coups de leur part. Le Spartan remet Cortana dans son casque, puis les deux extracybertroniens sautent à travers la vitre brisée pour atérrir dans la salle où se trouve l'anneau. Là, deux robots leurs sautent dessus et les mettent à terre.

-Le torse, crie le major.

Il donne un coup de poing dans le torse de son adversaire, il le transperce, ce dernier s'immobilise. L'Arbiter repousse le sien avec les pieds, le propulsant sur plusieurs mètres, il saisit son arme et lui tire dessus une décharge électrique qui éteint la machine. Le major repousse le sien encore allumé mais paralysé. Le supersoldat se relève, au bout d'environ 4 secondes, le robot aussi, il tente de l'étrangler mais le major se penche en avant, tire son adversaire, le met à terre et enfin lui assène un coup de pied au niveau de cou qui le décapite.

-On a un petit cadeau d'adieu, dit le major en regardant le crâne encore allumé.
-On vous retrouvera, prévient la machine d'une voix humaine.
-On verra bien.

Il arme la bombe en appuyant sur un bouton au-dessus, lui et l'élite courent sur la rampe et passe dans l'anneau qui se désactive. La bombe explose et toute la montagne avec. Le Spartan et l'élite débouchent à travers un autre anneau qui se désactive après leur passage. Ils ont l'air d'avoir attéri au même endroit, mais pas de signes de robots, les portes sont intacte ainsi que la vitre à travers laquelle trois hommes et deux femmes en vêtements civiles les regardent bouche bées. Les portes blindés de la salle s'ouvrent et une trentaine de soldats à l'apparence humaine s'engouffrent dans la pièce. Un homme en uniforme de l'armée de l'air entre dans la pièce et se poste à environ cinq mètres d'eux.

-Colonel Buffalo, armée de l'air des États-Unis, commandant de cette base. Qui êtes-vous et comment avez-vous eu le code d'identification de l'équipe SG-1 ?