#random-posts img{float:left;margin-right:10px;border:1px solid #999;background:#FFF;width:36px;height:36px;padding:3px}

7 août 2014

Halo : Waypoint - Créations conservés - Fanfictions - Sacrifice


Chapitre I : Le début de mon combat

Il pleut, le sergent cris, comme d'habitude, il veut que l'on décolle le plus vite possible : il n'a pas envie de manquer la guerre. Je ne comprendrais jamais son dévouement pour tuer tout ce qui bouge et qui n'est pas dans notre camp mais bon ... La brigade REDOG monte dans les 3 Pélicans, il m'interpelle :
-Doc vous avez pris tout ce que vous pouvez ? Ca va barder la bas et mes gars ne sont pas en béton.
"Doc", mon surnom ils n'ont pas cherchaient loin : je suis médecin dans cette brigade, mon matricule je ne le connais pas, je ne suis pas du bétail à qui on donne des chiffres tels un code barre comme nom. Bien que je soit médecin je sais prendre mon fusil pour aider mais je prèfere de loin ma seringue et les bandages.
-Oui sergent j'ai fait le plein, mais il ne restait plus grand chose.
Cette réponse n'avait pas l'air de le satisfaire. Je monte rapidement dans le Pélican avant qu'il gronde encore sur le budget du matériel et tout ce qu'il peut maudire. Je prend place à coté d'un ODST, un vétéran pas très bavard, il est la pour faire son boulot rien de plus. De l'autre coté il y a Bill, je lui demande l'objectif de cette mission : je n'étais pas présent quand le sergent faisait le briefing.
-Hey Bill c'est quoi le but de notre mission ?
...
-BILL
... Rien à faire il a encore du mettre ses oreillettes, impossible de lui parler. Je prèfere demandé à Jeff, comme d'habitude il regarde la photo de sa femme, je crois qu'il ne l'échangerait contre rien au monde.
-Jeff on fait quoi au juste là ?
-Le sergent a dit que l'on va dans une sorte de base secrètes il faut la défendre à tout pris, elle contient des informations tops secrètes.
Je n'aime pas ça une fois que cela devient un peu trop secret la vie des soldats compte vraiment peu.
Une heure de trajet plus tard on arrive aux alentours de la base, quand le pilote se met à hurler : BANSHEE ATTENTION ILS NOUS ATTAQUENT ...
Ils ne finit pas sa phrases qu'un tir de canon plasma vint faire un trou immense dans la coque du Pélican, les autres Pélican était touchés aussi. Le sergent donna un ordre à toute la REDOG : Prenez vos parachutes sautez on ne tiendra pas dispersez vous on se retrouve à la base !
Le temps que l'on prennent nos parachutes, un banshee avait tiré sur Jeff son corps partit hors du Pélican. Toutes la brigades enfilaient les parachutes et sautèrent quand vint mon tour et celui de ODST il ne restait plus de parachutes. Le pélican était grièvement endommagé, le pilote mort, l'ODST me sortit de ma réflexion :
-DOC, Doc il faut sauter prenez votre matériel médical on saute.
Je n'eut pas le temps de protester, il m'empoigna le bras et me jeta dans le vide, il me suivit dans ma chute. Les Banshees ne se préoccupaient pas de nous seuls : le Pélican comptait pour eux. Je ne put me retenir de pousser un cri en voyant la hauteur qui nous séparait du sol. Heureusement il y avait un lac dessous, on vint plonger en pleins dedans...


Chapitre II : En territoire dangereux



Je croyais que j'allais mourir, je plonge dans l'eau suivit de prés par l'ODST, je ne sais plus ce qui se passe, je sais une chose : je dois à tout pris rejoindre la terre ferme ! J'arrive avec beaucoup de mal à parvenir au bord du lac, j'entend des ordres dans mon casque, mais la radio à pris l'eau et ils sont incompréhensible. Je vois mon camarade s'extirper de l'eau plus difficilement que moi à cause de son armure. Il retira son casque, visiblement sa radio aussi étais fichu, il me dit :
-Doc c'est toi et moi maintenant, on va à la base et on ...
La radio de son casque faisait un drole de bruit que nous parvimes à décrypter : Ici Bill brigafderhhe ... og, nous sommes sous le feu ennemisfrtttrert ... devons se rassemblé dans les montagnes au dessus du site de crash du Pélican 2 prenez garde car de Frtrgrtrrf covenantes, pour traverser la zone nous devons tous nous regroupé ou on arrivera jamais à la bases... le casque émit un dernier bruit avant de griller complétement.
-Bon ben je pense que l'on à plus le choix, il y a beaucoup de covenant et c'est pas avec mes seringues que je vais les avoirs, j'ai deux grenades et un couteau c'est tous, comment dois-je t'apeller.
-Par mon matricule comme il est stipulé dans le code militaire donc je suis L46.
-Ok, il faut s'attendre à ce qu'il y est de nombreux covenants, en plus on doit traverser une foret de nuit il va falloir etre discret.
Il prit son fusil à pompe et me dit :
-No problem Doc je vais nous dégager le chemin.
Encore un fou furieu accro au gun, bon la discrétion est foutu de mon avis. Je le suis dans la foret, mon couteau en main. Je me doutais bien que cette balade en foret ne serait pas une partie de plaisirs : à peine dix minutes de marches que l'on croisait une patrouille covenante. Deux rapaces, quatre grognards et un élites. Ils parlaient entre eux et le peux que j'ai entendu nous apprenez qu'ils avaient croisé quatres marines juste avant et qu'ils les on eux. L46 me dit de jeter une grenade, je fit non de la tete, on serait repéré desuite, il prit la grenade et la jetat quand meme. Une fois le grand boum finit je couru prendre un fusil plasma sur un grognards en train d'agoniser, je l'achevit tout de suite et repartit en courant suivit de l'ODST. Je court depuis tellement longtemps que j'ai eu l'impression de courir toute la nuit. On finit par arriver au site du crash, les covenants avaient étais plus rapide que nous une bataille avait lieu...


Chapitre III : Nuit blanche



Les covenants tire de tous les cotés, les marines bien que débordé tente de résister et doivent subir cet assaut depuis un long moment, le champ de bataille est parsemé de cratère, de cadavres, de sang, d'armes en tout genre. Le probléme c'est qu'entre nous et les marines il y a de nombreux alien, L46 commence à sortir ses grenades à fragmentation, et les dégoupille à la vitesse de l'éclair. Il les lance n'importe ou sur le chant de bataille pour faire croire à nos ennemis que nous somme plus nombreux et dispersé. Je dois avoué que sa marche les aliens confus ne savent pas ce qu'il faut faire, les élites crient des ordres à leur escouades de grognards indisciplinés qui partent en courant sur le champ de bataille et se font canardé par les marines, les covenants ne savent plus ou regardé et ils tombent comme des mouches au fur et à mesure des rafales de tirs. Il ne reste qu'une vingtaine de marines en vies, et une dizaine de blessés. Parmis les survivants il y avait le Sergent et Bill. Bill avait morflé durant la bataille, une brulure surement du plasma lui avait gonflé et rougis le bras. Le Sergent n'étais pas blessé, mais son humeur avait empiré. Avec L46 on lui raconta notre histoire. Le Sergent m'ordonna d'aller m'occupé des blessés, ma nuit y fut consacré. J'ai put sauvé 7 gars, mais on dut en abattre un : il étais devenu fous. Sa nous flanqua le moral encore plus bas, si c'était possible.


Chapitre IV : La base, les covenants





Le lendemain matin, le Sergent conscient de notre état nous autorise cinq heures de repos. On reprend la marche en direction de la base, personne ne parle, encore sous le choc de l'assaut d'hier soir. Je pense que la foret sera dur à traverser, mais pour le moment on ne voit aucun alien. J'entend un bruit bizarre dans les bois, quelque chose nous suit, d'ailleurs je suis pas le seul à l'avoir remarqué, le Sergent vient de s'aretté.
-On sait que vous etes la, sortait ou on tire !
-C'est bon, c'est bon ne tirer pas.
Trois marines et un ODST sortent des brousaille, d'apres ce qu'il nous dise il viennent de la base et sont des éclaireurs, ils sont partis il y a 3 jours de la base, mais les covenants les on obligeaient à changé de chemin régulierement. Ils se joignent à nous sa m'arange ils savent mieux que nous ou aller. On à marchaient environ trois heures dans les bois sans rien voir de plus que des petits mamiferes et deux cadavres de brutes chacun un couteau dans la gorge.
-Vous entendez, des coups de feu !
Et merde encore une bataille ! On se précipite vers l'origine des coups de feu et voila une nouvelle bataille, sauf que la il y a une vrai guerre. Autant de véhicules aliens que de l'UNSC, la bataille aérienne me semble à notre avantage, mais au niveau terestre on est infériorité. Avec nous en plus on devrait réequilibré les forces. C'est partit le Sergent donne l'assaut tous le monde se ruent vers l'entré du batiment on y laisse bien surs de nombreux gars. Tout le monde est dans le batiments on se disperse et je ne sait comment je me retrouve tout seul dans ces couloirs gris. Je tourne à un angle mais quelque chose m'envoit m'écraser contre le mur, je releve la tete et voit un élite, je sort rapidement mon magnum mais il l'envoit s'envolé avec un coup de pied et un sourire macabre, il m'attrape par le coup et essaye de m'étouffer, vu le regard qu'il me jette il prend du plaisirs à voire mes efforts futiles pour rester en vie, mais il est trop surs de lui et ne voit pas ma seringue qui se loge dans son cou. Il articule un son plutot inhumain, ou inhalien si je peux dire sa. Heuresement que j'avait une seringue contenant un poison. Les interphones de la base envoit un signal :
-Nous sommes maitres de la situation, que tous les survivants nous rejoignent dans le hall.
Je me releve difficilement et me met en marche ...


Chapitre V : Sacrifice

J'arrive enfin dans le hall, toujours sonné de mon dernier combat. En arrivant je constate que beaucoup d'hommes manquent à l'appel, il reste une vingtaine d'hommes seulement. Bill n'étais pas la, L46 non plus et le Sergent avait un oeil un peu trop rouge, d'ailleur il commence à parler : -Soldats, les ordres ont changé. Nous ne devons plus défendre la base mais ... détruire la zone qui détient toutes les informations. Le probléme c'est que la seule bombe disponible est trop puissante et rassera le complexe et environ 500 metres autour la base, et la sapeur est mort. Doc vous etes celui qui est le moins entrainé au combat vous vous y connaisez en explosifs ?
-Un peu.
-Bien vous armerez la bombe, nous nous défendrons le hall pour vous laissez le temps d'amorcez le dispositif, tenez le minuteur bonne chance.
-Bonne chance à vous, vous en aurait surement plus besoin que moi.
Bizarrement son moral étais à zéro, avant un combat voila une premiére la situation doit vraiment etre catastophique. Je prend la direction de la salle des données. Deux marines m'ammenent la bombe et repartent au combat. Je commence à posé le minuteur lorsque le premier tir ennemi vient frapper la base : le combat commence. J'actionne le minuteur, seulement il y à un probléme le décompte ne fonctionne pas. Mon oreillete me fait parvenir la voix du Sergent.
-Doc vous en etes ou avec la bombe.
-Le minuteur est grillé Sergent.
Il ne parle plus, seul un cris d'homme me parvient à l'oreillette.
-Doc, nous ne sommes plus que cinq nous n'allons plus tenir, faites explosé la bombe mannuellement.
Quoi ?! Mais comment peut il penser sa, il est toujours dévoué à l'UNSC, elle qui nous oblige à mourrir pour cacher ses petits secrets. Et bien non, je pars temps pis pour l'UNSC et ses petis secrets.
-Pardon Sergent mais jamais je ne mourrerait pour défendre quelque données de l'UNSC, je pars vous devriez faire de memes vous avez enc...
-IDIOT, ce sont les coordonnées de la Terre et arghhhh .... !
La Terre, si je fuis ce ne serat pas un petit Général bien gras et dodu, ou ses confreres qui mourront mais l'humanité, je ne peut pas fuirs par pur égoisme si je le fais j'aurai trop de mort sur la conscience. Une explosion de la porte de la salle me fait comprendre que les covenants sont déja la. Je me précipite vers la bombe, mais un élites m'attrape, à son armure je vois tout desuite qu'il est gradé.
-Petit humain tu veux tout faire explosé, ahahahaha trop tard tu va finir comme tes amis morts de plus tu n'aura pas réussit ton objectif ahahaha.
Il finit sa phrase mais je ne comprend pas ce qu'il se passe, ma vue se brouille, je sent une grande douleur dans le ventre et je m'apercoit qu'une épée à énergie est enfoncé dans mon ventre.
-Doucement imbécile, vous allez tout faire exploser cette bombe est tres instable. Déplacez la doucement. Nous gardons cet humain, si il vit on devra l'interrogé il à surement des infos.
J'ai du mal à respiré, je sais que je suis condamné soit je meurs maintenant, soit les covenants me tortureront et je ne voit pas de solution pour réparer mon erreur. Sur le sol je voit une grenade à fragmentation, le seul moyen de faire mon devoir, si un jour j'aurai pensé à en arrivé la. Dans un ultime effort et qui me tuera je dégoupille la grenade et la jette vers la bombe. J'entend l'explosion ...

Nous sommes ici aujourd'hui pour saluer le courage de toute la compagnie REDOG, par son ultime acte qui les obligea à se sacrifié, il nous ont donné un moment de répit pour gardé la Terre caché encore un peu, il faudra bien qu'un jour les covenants la découvre, mais grace à ces hommes et femmes nous aurons quelques temps de plus pour mieux nous préparer, que personne ne les oublit car si on est la aujourd'hui c'est surement grace à eux.